Marketing

DRM, Drôle de Retour Marketing ?

Sébastien Fouqueteau | 02-04-2007

Les maisons de disques n’en rêvaient pas, mais pourtant Steve Jobs l’a fait. Aujourd’hui à 14h, le président d’EMI annonçait une offre de téléchargement sans protection DRM sur la plateforme iTunes. Drôle de Retour Marketing ? Nos mascottes Tic et Toc sont allés enquêter. Résultat : un reportage en musique sur la machine Steve Jobs.

Il y a 2 ans, on pouvait lire sur ce blog un billet intitulé « Boum, ma vie fait boum ! ». Depuis, rien n’avait vraiment changé, jusqu’à ce que…

Les chiffres du téléchargement

  • 2003 : 20 millions de morceaux téléchargés « légalement »
  • 2004 : 200 millions de morceaux téléchargés « légalement »
  • 2005 : 420 millions de morceaux téléchargés « légalement »
  • 2006 : 795 millions de morceaux téléchargés « légalement »

Source : fédération internationale de l’industrie phonographique (Ifpi).

Les chiffres parlent d’eux-mêmes : si les téléchargements ont été multipliés par 10 entre 2003 et 2004, la progression est désormais de +100% chaque année, du jamais vu dans l’industrie du disque !

Les déclarations de Steve Jobs

Steve Jobs a la réputation de ne pas en dire plus qu’il en faut. Preuve en est ses keynotes où chaque annonce commerciale est entourée de secrets dignes d’un chef d’état. Pourtant, ce 2 avril, avant l’heure fatidique de 14h, EMI lui volait la vedette en publiant le communiqué de presse annonçant : « EMI Music today announced that it is launching new premium downloads for retail on a global basis, making all of its digital repertoire available at a much higher sound quality than existing downloads and free of digital rights management (DRM) restrictions. ». Quelques minutes plus tard, Apple répliquait : « Apple vient d’annoncer que la totalité du catalogue de musique d’EMI Music serait disponible à l’achat sans DRM (sans gestion des droits numériques) sur iTunes Store (www.itunes.com/fr) dès le mois de mai. ».

Si la vedette était donc pour EMI, Apple ne boudera pas son plaisir. Déjà, début février, l’entreprise annonçait être favorable aux systèmes anti-DRM, refilant ainsi la pression sur les maisons de disque, alors que l’Europe (et plus particulièrement la France) reprochait à Apple de tenir prisonnier le consommateur de musique légale avec son système propriétaire (iPod + iTunes) : impossible en effet d’écouter un morceau acheté sur le « store » d’Apple autre part que sur un iPod, lecteur de la marque. Désormais, plus personne ne regardera Apple d’un mauvais oeil, seules les maisons de disque deviennent les « vilains petits canards » du téléchargement en ligne.

Retour marketing, mais pas si drôle que ça !

+0,30€ pour anti-DRMisé un morceau déjà acheté sur iTunes, imaginez un peu : je possède dans ma collection 40 morceaux achetés au prix forfaitaire de 0,99€ soit environ 40€. Selon la politique marketing d’Apple, j’y ajoute 12€ pour avoir les mêmes 40 morceaux en qualité sonore supérieure sans DRM. Au total, vous me direz : c’est un petit effort. Mais prenez le milliard de musiques téléchargées sur iTunes en 2006, ajoutez-y quelques frais d’encodage et d’hébergement, mixez le tout avec quelques coûts de license pour les maisons de disque et vous aurez la plus belle opération commerciale de l’année. Et vous, accepteriez-vous de repayer votre voiture 30% plus chère pour y remplacer le moteur ? N’auriez-vous pas plutôt envie de changer de voiture ?

Pour en savoir plus :

Rapport 2007 de la fédération internationale de l’industrie phonographique (Ifpi)
Communiqué de presse EMI
Communiqué de presse Apple

Déjà publié sur ce blog :

Boum, ma vie fait boum !
iSourire, la nouvelle machine marketing de Steve Jobs !

Recevez les dernières infos de ce blog (gratuit et sans spam) !

Sébastien Fouqueteau

CEO & fondateur de MixCity Interactive. Je travaille dans le secteur du marketing digital depuis plus de 15 ans.

Je prends ma plus belle plume et j'ajoute un commentaire :